• Rails prussiens - rails belges.

    Vendredi 13 mai 2016 à 20h

    Au Centre Culturel de Froidmont (Ferme) Chemin du Meunier à Rixensart

    Roland Marganne

    Présente: Rails prussiens - rails belges.

    Le conférencier rappellera d’abord brièvement quelques faits de l’histoire générale, en remontant en 1815, lorsque l’Acte final du Congrès de Vienne (1815) a attribué à la Prusse ce que nous avons appelé en Belgique les « Cantons de l’Est », à savoir les régions d’Eupen, Malmedy et Saint-Vith. Celles-ci ont changé trois fois de nationalité au cours du XXème siècle : le Traité de Versailles a attribué ces régions à la Belgique en 1919. Entre 1940 et 1945, elles furent illégalement annexées au 3ème Reich allemand, avant de revenir à la Belgique à la Libération.

    Il abordera ensuite la problématique ferroviaire dans les Cantons de l’Est, où un réseau surdimensionné (250 km de long) - et notamment la « Vennbahn » - a été construit par les Prussiens assez tardivement (à la fin du XIXème siècle), d’abord pour des raisons de désenclavement économique, puis pour des raisons militaires, cette région étant idéalement située pour envahir la France au mépris de la neutralité belge en 1914.

    En 1919, ce réseau de chemin de fer, aux caractéristiques germaniques typiques, a lui aussi été attribué à la Belgique. Cependant, la délimitation de la nouvelle frontière belgo-allemande a créé une situation unique au monde : une ligne de chemin de fer, la « Vennbahn » traverse le territoire allemand sur une longueur de 29 km, tout en restant juridiquement belge : sur ce « corridor ferroviaire », quatre gares belges ont desservi en trafic voyageurs et marchandises quatre localités allemandes, dont la ville de Montjoie, avec tous les problèmes juridiques et quotidiens que l’on imagine.

    En 2016, cette bizarrerie, un régal pour les juristes, existe toujours, même si les lignes ferrées des Cantons de l’Est, saccagées à la fin de la 2ème guerre mondiale, puis petit à petit abandonnées faute de volonté politique et de trafic, sont en cours de transformation en chemins de randonnée RAVeL.

    A l’aide d’une présentation « power point » de nombreuses photos d’époque et cartes géographiques locales, le conférencier s’efforcera de faire revivre le passé ferroviaire singulier de cette région de l’extrême est de la Belgique. Celui-ci a par ailleurs fait l’objet d’un livre, qui sera aussi présenté.

    PAF: 2 euros - Gratuit pour les membres.

    Edité dans CONFERENCES